Mathieu Dacheville : mieux connaître l’offre culinaire des fondus de la raclette

Mathieu dacheville

Mathieu Dacheville

Pour mieux connaître l’offre culinaire des fondus de la raclette, faisons un petit tour sur le web pour voir ce qui se dit (et heureusement il s’en dit du bien !!) « Voilà un bistrot savoyard bien connu des Parisiens. Spécialisé dans les fondues, le choix de raclettes est tout de même assez conséquent : une raclette de 130g pour le midi, une super raclette pour le soir ou même une raclette grisonnante, à base de viande de grison. Et à 12€ le plat en moyenne, on aurait tort de s'en priver. »

C’est un point important lié au concept : pour plus de saveur et de naturel, les plats sont élaborés sur place, uniquement à base de produits frais issus des meilleurs producteurs de fromages, viandes, charcuteries et légumes régionaux. La quantité est également au rendez-vous et c’est le ventre plein que l’on repart du bistrot savoyard… Et les commentaires des clients sont globalement positifs :

 « Nous avons été très bien accueillis et servis dans ce très bon restaurant de quartier. Cuisine savoyarde simple, gouteuse et généreuse car les pommes au four sont à volonté. Nous reviendrons avec plaisir »

«Le service est top et les plats que nous avons pris (fondue de camembert, burger savoyard et la fondue au chocolat) étaient excellents! Nous reviendrons »

Et Marina, du blog la Seinographe, n’hésite pas à exprimer le plaisir qu’elle trouve dans les restaurants FDR :

"Je vous en parlais déjà dans mon TOP 5 mais figurez-vous qu’il y a du nouveau, de nouvelles adresses mais aussi une nouvelle carte très alléchante avec toujours des produits de première qualité venus tout droit des montagnes de la Savoie avec des saucissons et de la charcuterie fabriqués dans la plus pure tradition régionale, des fromages savoyards triés sur le volet via la coopérative du Val d’Arly et des vins AOC vraiment bien sentis de la famille viticole Jean Perrier & Fils.

Ajouter à tous ces bons produits une ambiance chaleureuse digne d’un chalet niché en hauts des pistes, des desserts gourmands faits maison et une addition super light, voilà de quoi combler les gourmands les plus exigeants.

A noter, leurs fondues à la truffe et aux morilles qui sont à tomber ! "

L’arrivée fin 2014 de la nouvelle équipe dirigeante des Fondus de la raclette (devenus depuis le Groupe FDR) a apporté du changement. Mathieu Dacheville et Sylvain Breton sont 2 amis d’enfance, tous deux restaurateurs aguerris et sentimentalement très attachés à la Savoie, les 2 jeunes entrepreneurs sont bien décidés à dupliquer leur thématique culinaire et leur business model, afin d’offrir à tous les citadins d’Europe des bistrots Savoyards dignes de ce nom ! Les Fondus de la Raclette c’est un concept unique à Paris et, pour préciser les contours et affiner la qualité des produits offerts, il faut aussi s’entourer de partenaires fournisseurs fiables et de qualité, pour pouvoir ainsi compter sur leur soutien dans la mise en place des futurs projets.  

Les savoyards aussi aiment bien le champagne…

En 2017, le Groupe FDR signe un partenariat de distribution exclusif avec la maison champenoise Frerejean frères afin d’offrir à ses client un champagne de qualité, identifié comme tel et emblématique des 3 restaurants actuels à Paris (dans le 11ème,  le 14ème et le 18ème  arrondissement). Mathieu et Sylvain ont choisi la cuvée brut premier cru de la maison champenoise Frerejean Frères et c’est celle-ci qui sera servie dans tous les établissements présents et à venir du groupe.

Idylle entre le fromage fondu et le champagne

L'alliance du fromage et du champagne rappelle un peu le concept des restaurants du groupe les Fondus de la raclette : c’est le pot de terre et le pot de fer, la tradition gastronomique et la modernité ! Ce concept tout en contraste peut donc s’enorgueillir de le décliner sur la table et de manière si raffinée… Le bon fromage et le bon champagne vont très bien ensemble et sont à l’origine d’accords parfois surprenants mais toujours harmonieux. Et pour cause, le fromage se plait souvent mieux avec les vins blancs, dont le champagne fait partie, plutôt que les rouges avec lesquels il est souvent associé.

Produits résultant de la fermentation pour le champagne et de l’affinage pour le fromage, ils ont comme point commun le temps, nécessaire à chacun pour s’épanouir et développer leurs saveurs.
« Nous sommes très soucieux de la qualité des produits qui font la renommée de nos restaurants depuis plus de 10 ans ; nous souhaitons garder cette qualité et insister pour l’obtenir dans tout ce que nous mettons sur la table des clients. Dans cet esprit, nous avons longtemps cherché un champagne capable d’offrir une expérience culinaire unique à nos clients et de faire ressortir tous les arômes de nos fromages de Savoie, afin de réaliser des alliances qui fonctionnent » explique Mathieu Dacheville, Président du groupe Les Fondus de la Raclette.

Côté champagne, c’est Rodolphe Frerejean Taittinger, CEO de la maison Frerejean Frères qui exprime sa satisfaction de créer un partenariat avec les FDR : « Nous sommes très heureux de la mise en place de ce partenariat avec le groupe Les Fondus de la Raclette. Notre champagne est en effet très différent de ceux qu’on peut trouver sur le marché dans la catégorie des Brut, car tout en conservant les méthodes ancestrales champenoises, il se distingue par sa douceur, son absence d'amertume et d'acidité qui reflètent la rondeur et la grande qualité des vins qui le compose. Cette rondeur en bouche est le résultat de l’alliance des trois cépages champenois (30% chardonnay, 30% pinot meunier et 40% pinot noir) ».

Ce partenariat est l’un de ceux que le groupe a mis en place dès le début des activités, notamment pour la fourniture du fromage par la coopérative du Val d’Arly

La coopérative fruitière du Val d’Arly, une aventure humaine de plus de 40 ans

Elle regroupe plus de 70 producteurs qui s’engagent à  favoriser les productions locales et participent au développement du territoire des Savoie. Atypique dans le paysage de la mondialisation, cette coopérative a toujours gardé la même ligne directrice depuis sa création : tendre vers l’excellence par la qualité de ses produits, en mettant l’homme au cœur des décisions. C’est sur ces valeurs que la coopérative s’est développée et que ses participants continuent d’appliquer. Les « anciens » avaient su avant l’heure qu’il était nécessaire de se démarquer de la production de masse et les régions de montagne n’auraient pas pu lutter. Les montagnes de Savoie sont pourtant hautes, imposantes, majestueuses, mais elles sont aussi difficile à  travailler. Il fallait donc plutôt chercher à  faire de la qualité que de la quantité.

Convaincus que le dynamisme des territoires de montagne passe essentiellement par la fédération les acteurs qui y travaillent, les membres de la coopérative ont noué des liens privilégiés avec des producteurs fermiers ainsi que des professionnels de la restauration tels que les Fondus de la raclette…
Chacun, lors de ses vacances en Savoie, peut découvrir les produits dans les ateliers de vente. Mais si l’on ne part pas à la montagne, c’est bien de retrouver dans Paris les produits de la coopérative, donc issus directement des fermes montagnardes : Reblochon, Beaufort, Fondant d’Arly, Tomme de Savoie, Raclette de Savoie, yaourts et faisselles….

La Coopérative Fruitière en Val d’Arly Savoie Mont-Blanc participe depuis quelques années au Concours Général Agricole se déroulant à Paris en même temps que le Salon International de l’Agriculture. Elle présente ses produits laitiers fabriqués dans les ateliers de Flumet dans la catégorie Fromages/Produits Laitiers.

En 2017, au concours général agricole qui s’est déroulé pendant le salon international de l’agriculture, le Reblochon de la Coopérative Fruitière en Val d’Arly Savoie Mont-Blanc a été présenté parmi 7 autres Reblochons laitiers/fruitiers et, seul médaillé,  a obtenu la médaille d’Or ! Les Fondus de la raclette peuvent être fiers d’offrir à leur client les produits de la fruitière et notamment une raclette qui a été distinguée par une médaille d’argent. Rappelons que la tomme de Savoie de la fruitière avait été couronnée en 2016 d’une médaille d’or.